Comment se former à l’hôtellerie du luxe ?

hôtellerie

L’hôtellerie du luxe est un domaine qui peut faire rêver, et qui peut être accessible via plusieurs parcours différents. Toutefois, ce sont avant tout l’expérience ainsi que certaines qualités personnelles qui permettent de réussir dans l’exercice de cette profession particulière. En quoi consiste ce métier, et quel est le meilleur chemin à emprunter pour pouvoir l’exercer ? C’est ce que nous allons tenter de vous expliquer à travers cet article.

L’hôtellerie du luxe : un domaine qui requiert plusieurs qualités

Il n’est pas nécessaire de se lancer à travers de longues études pour espérer travailler dans l’hôtellerie du luxe. Plusieurs parcours sont, en effet, envisageables, mais c’est surtout l’expérience acquise ainsi que les qualités personnelles de l’élève qui pourront faire la différence. Pour profiter d’une formation la plus complète possible, on peut aussi se tourner vers l’école internationale de management en hôtellerie du luxe, dont nous parlerons plus en détails par la suite.

Devenir maître d’hôtel est un projet passionnant, mais il est néanmoins nécessaire de s’assurer de posséder déjà quelques cordes à son arc avant de se lancer dans des études qui mènent vers l’hôtellerie du luxe. Le rôle du maître d’hôtel est d’accueillir les clients dans les restaurants haut-de-gamme, de représenter l’image de ces derniers au mieux, mais aussi de veiller au bien-être des clients, qu’ils soient de passage ou réguliers.

L’hôtellerie du luxe implique donc de posséder un sens de l’observation aiguisé, afin d’être capable de détecter les problèmes éventuels et de les résoudre avant même qu’ils n’apparaissent. Il s’agit également d’avoir une bonne mémoire, ce qui peut, par exemple, permettre de reconnaître certains clients ainsi que leurs préférences. Le maître d’hôtel peut être amené à officier au cours de certaines réceptions particulières comme les mariages, comme on peut le lire par ici.

Evidemment, un maître d’hôtel se doit d’avoir un tempérament calme, d’être diplomate en toutes circonstances, mais aussi de conseiller les clients au mieux. Il est également essentiel que le maître d’hôtel ait une bonne condition physique, car le métier implique d’être debout de manière continue. Si ces qualités humaines sont possédées, alors, le futur élève est déjà assuré d’avoir toutes les cartes en mains pour réussir sa formation dans l’hôtellerie du luxe.

Quels parcours peut-on emprunter ?

Il existe plusieurs parcours que l’on peut emprunter pour travailler dans l’hôtellerie du luxe. L’un des plus complets et des plus fiables est de se tourner vers une école spécialisée dans le domaine. Ce type de parcours implique forcément un certain investissement financier, mais des aides sont disponibles pour permettre à chacun d’y accéder.

Le principal avantage de se tourner vers une école spécialisée est de profiter d’une formation très complète, dans des classes de taille humaine. Ces dernières permettent de bénéficier d’un accompagnement personnel et approfondi. Le cursus se fait, en règle générale, sur trois ans.

D’autres parcours sont envisageables, et de plus amples informations sont disponibles sur cette page à ce sujet. Il est, par exemple, possible, de se lancer dans un bac pro Restauration, ou encore un CAP. Après le bac, le futur maître d’hôtel peut se lancer dans un BTS hôtellerie-restauration, en choisissant l’option “arts culinaires, de la table et du service” ou “mercatique et gestion hôtelière”.

Pour se donner plus de chances de réussir dans le domaine de l’hôtellerie du luxe, l’élève peut décider de travailler la maîtrise d’au moins une deuxième langue étrangère, telle que l’anglais, par exemple. Cela permet de pouvoir prendre soin au mieux de clients internationaux, et de profiter, par la même, d’un atout indéniable.

Quel que soit le parcours envisagé pour devenir maître d’hôtel, l’expérience et la motivation feront du projet une réussite. De plus, les perspectives d’évolution sont intéressantes, puisqu’au fil de sa carrière, le maître d’hôtel pourra même atteindre le statut de directeur d’établissement.