Avez-vous postulé ailleurs ? Question piège en entretient d’embauche

Ont-ils fait une demande ailleurs ? Certains employeurs veulent vous connaître lors de l’entretien. Si vous êtes le premier et le seul choix, leurs chances d’être choisis par le candidat augmenteront à terme. Les entreprises ont aussi des sentiments – et veulent être le seul véritable amour du demandeur. Mais comment réagissez-vous lorsque le responsable des ressources humaines vous pose cette question ?

Avez-vous postulé ailleurs ?

L’employeur peut vous poser cette question. Vous n’avez pas à répondre sincèrement. Parce que dans ce cas, on pourrait supposer qu’un petit mensonge blanc fait des merveilles.

Parce que si, malgré vos nouvelles demandes, vous dites : « Non, je n’ai pas. Je veux ce travail ». …alors vous signalez que cette entreprise est effectivement votre employeur de choix. Que vous vous sentiez au bon endroit au bon moment. Vous êtes l’homme ou la femme de la situation. C’est exactement ce que le responsable des ressources humaines veut entendre.

Mais il y a une restriction : si vous bavez trop visiblement, vous vous rendez suspect. Il est donc préférable de garnir votre affirmation d’une petite explication telle que : « Je n’ai en fait pas trouvé d’autre emploi qui corresponde à mon profil aussi bien que celui-ci ». Et puis vous énumérez deux ou trois raisons pour lesquelles il en est ainsi. Cela montrera également que vous avez procédé de manière systématique et que vous n’avez pas hésité à chercher un emploi simplement parce que vous êtes paresseux ou simplement à l’aise.

Mais vous devez faire attention à ne pas trop vous comporter comme un suppliant ou une groupie d’entreprise. Vous avez quelque chose à offrir – et si l’entreprise ne le reconnaît pas, elle fait une énorme erreur. Ce message doit parvenir à votre homologue.

Ce que vous pouvez dire alternativement : « Oui, j’ai également fait une demande auprès d’autres entreprises. Mais je préfère commencer ici. Je préfère ce travail à tout autre ».

Cela semble plus réaliste que la variante ci-dessus et présente deux autres avantages : vous augmentez votre valeur marchande et vous mettez l’entreprise sous une pression discrète. Selon la devise : Si VOUS ne vous fermez pas, quelqu’un d’autre le fera certainement ! Et vous exprimez encore combien vous êtes intéressé par ce poste…

Vous dites cela quand vous ne voulez pas mentir

« Avez-vous postulé ailleurs ? » Supposons que vous répondiez simplement : « Oui, j’ai fait une demande auprès de plusieurs autres entreprises de la région ». Pas plus, pas d’explications, rien. Comment cela se passerait-il avec les RH ?

C’est vrai, il penserait que vous êtes plutôt aléatoire et arbitraire dans votre recherche d’emploi. N’importe quel travail, n’importe où, n’importe comment. Mais il veut trouver la meilleure adéquation pour l’emploi annoncé – et pas n’importe quel candidat qui vient de postuler.

C’est comme pour un premier rendez-vous : vous ne diriez probablement pas à votre partenaire de flirt que vous voyez encore d’autres femmes ou hommes. Cette admission dévaloriserait la date. Il aurait un arrière-goût fade. C’est la même chose lors d’un entretien d’embauche – du moins un peu.

La réalité est, bien sûr, tout autre : les candidats d’aujourd’hui gardent généralement plusieurs options ouvertes. Toute autre chose serait une pure négligence. Les professionnels des RH le savent.

Par conséquent, à la question « Avez-vous postulé ailleurs », vous pouvez également répondre « Avez-vous invité d’autres candidats ? Une réponse que l’on pourrait qualifier d’audacieuse et de téméraire. Il s’agit « seulement » d’une question rhétorique, mais tout le monde ne peut pas la traiter. On pourrait l’interpréter comme arrogant ou impertinent.

Si vous êtes en bonne position de négociation et que vous n’avez pas à craindre de vous présenter les mains vides à la fin de votre marathon de candidatures (parce que vous travaillez dans un goulet d’étranglement, par exemple), vous pouvez être assez enjoué. Si vous n’avez pas de si bonnes cartes, alors vous feriez mieux de ne pas vous en mêler.

Vous dites cela quand vous voulez le poste

Une possibilité est de traiter la question assez ouvertement. Répondre directement que vous avez également fait une demande auprès d’autres entreprises, éventuellement même auprès d’un concurrent direct. Mais vous devez expliquer clairement pourquoi vous l’avez fait.

Vous ne voulez pas paraître arbitraire et comme un opportuniste (bien que les candidats sur le marché du travail le soient inévitablement presque toujours). Vous pourriez, par exemple, préciser que vous voulez absolument prendre pied dans l’industrie pharmaceutique et que vous avez donc soumis votre candidature aux autres acteurs. Ou qu’il y a des entreprises très attractives dans la région qui ont des postes vacants à pourvoir. Vous ne pouvez pas simplement ignorer cette opportunité.

Une réponse typique pourrait être : « Oui, je suis sûr que vous comprenez que j’ai postulé ailleurs. Il y a un certain nombre d’entreprises attrayantes dans la région et dans mon secteur qui sont sur la voie de la croissance. J’ai également déjà eu les premiers entretiens. Mais la procédure de candidature est toujours en cours, donc je n’ai certainement pas encore pris de décision ».

Cela présente plusieurs avantages pour vous :

Mais cette stratégie n’a pas d’avantages exclusifs. Ce sont les inconvénients :

Attention : à ces 4 erreurs à éviter : Indiquez le nom des entreprises auprès desquelles vous avez postulé. C’est une preuve d’indiscrétion ! Et c’est un péché mortel dans toutes les entreprises. La société ne vous communiquera pas les noms des autres candidats. Ne donnez pas trop de détails. Lorsque vous avez postulé, combien d’entretiens vous avez eus et comment ils se sont déroulés. S’il vous plaît, gardez tout cela pour vous ! C’est aussi un signe de discrétion insuffisante et ne relève pas du service du personnel. La seule information pertinente est qu’aucune décision n’a encore été prise. Donnez un numéro. Si vous avez envoyé 25 demandes, cela fait beaucoup de demandes – peut-être trop du point de vue de l’entreprise. Vous pourriez être évasif et dire : « Il n’y en a vraiment que quelques-uns. Juste ceux dont je suis sûr qu’ils s’intégreraient très bien ». Prenez-vous offense. Essayez d’aborder la question avec confiance – même si vous pensez que cela ne concerne pas l’entreprise. Soyez polis et remerciez-les quand même pour l’interview à la fin.

Spécialiste en psychiatrie et psychothérapie : tout savoir sur ce métier
Candidature à l’aveugle : comment augmenter vos chances ?