Où une auxiliaire de puériculture peut-elle travailler ?

L’auxiliaire de puériculture travaille dans le milieu médical. En général, il peut choisir un job dans les centres hospitaliers. Cependant, elle peut également œuvrer dans d’autres domaines Mais quelles sont ses différentes activités ? Quel profil avoir et quelle formation suivre pour pouvoir exercer le métier ?

Quelle est la mission d’une auxiliaire de puériculture ?

L’auxiliaire de puériculture est chargé de s’occuper des nourrissons et des enfants à bas âge qu’ils soient malades ou en bonne santé, handicapés ou normaux… Elle a donc pour principal rôle de soigner ces enfants et de conseiller les parents sur les meilleures manières de prendre soin de ces touts petits. En outre, elle assure les soins, les activités d’éveil, etc. Elle assiste également la sage-femme pendant un accouchement, veille à la propreté du matériel médical et fait la garde de nuit.

Mais comment devenir auxiliaire de puériculture ?

Pour devenir auxiliaire de puériculture, il faudrait suivre une formation auxiliaire de puériculture et être titulaire d’un DE auxiliaire de puériculture. C’est un diplôme d’État. La formation dure un an. Néanmoins, il est aussi possible d’obtenir le diplôme par validation d’expérience.

Cependant, pour accéder à la formation auxiliaire de puériculture, il faudrait réussir le concours : une épreuve écrite et orale. Mais pour mettre toutes les chances de son côté, il est vivement conseillé de suivre une préparation au concours, proposée par quelques centres de formation.

Mais où peut-elle travailler ?

Tout d’abord, si elle travaille dans un hôpital ou une clinique, l’auxiliaire de puériculture sera en étroite collaboration avec l’infirmière. Généralement, elle travaille dans plusieurs branches comme :

  • Dans une maternité : pour apprendre aux parents comment s’occuper d’un nouveau-né
  • Dans les services de pédiatrie ou pédo-pédiatrie spécialisée : pour aider les enfants malades à manger, à se préparer, à faire la toilette…
  • Dans la réanimation : pour réaliser les petits soins comme la prise de température, la vérification du poids, etc.
  • Dans les services de néonatologie

Ensuite, certains professionnels préfèrent travailler dans les structures de la petite enfance comme les crèches, la halte-garderie, multi-accueil, micro-crèche, jardin d’enfants, jardin d’éveil… Dans ce cas, ils collaborent avec la puéricultrice pour favoriser la capacité motrice et psychique des enfants afin de les aider à devenir plus autonomes.

Puis, avec la PMI ou un centre de Protection Maternelle Infantile (PMI), l’auxiliaire de puériculture contribue à la protection des enfants. Et dans la pouponnière, elle protège les enfants en danger sur décision du Juge des affaires familiales. Et enfin, elle peut œuvrer dans les établissements médico-sociaux pour aider les petits à prendre les repas, à faire la toilette…